L’AG de Bolloré totalement bloquée

LES CONFLITS DANS LES PLANTATIONS AFRICAINES DE PALMIERS A HUILE S’INVITENT A L’AG DES ACTIONNAIRES DE BOLLORE

Des Congolais, Camerounais, Ivoiriens et ONGs bloquent l’AG de Bolloré et dénoncent ses investissements agricoles en Afrique
Vendredi 3 juin, des ressortissants africains, des associations et des syndicats perturbent l’assemblée générale du groupe Bolloré à Puteaux. Ils portent la voix d’un mouvement de milliers de paysans privés de leurs terres par les plantations industrielles de palmiers à huile et d’hévéas qui, depuis mercredi, bloquent les usines et occupent les plantations au Cameroun, en Côte d’Ivoire, au Liberia et en Sierra Leone.
«  Nous n’avons plus accès à nos terres, alors nous ne vous laisserons pas accéder à votre AG, messieurs les actionnaires »,
voilà le message des représentants des diasporas africaines ce vendredi 3 juin à 8h30 à la tour Bolloré, au 31-32 quai de Dion Bouton à Puteaux. Un sit-in et un blocage non-violent des accès de la tour sont organisés pour empêcher la tenue de l’Assemblée générale du groupe et demander à Vincent Bolloré de venir s’expliquer sur le non-respect de ses engagements pris en 2013 et en 2014 pour résoudre le conflit qui oppose les communautés locales aux plantations industrielles de la Socfin, dont le groupe est actionnaire à 38,7%. Le patron de  Vivendi  se  retrouve  face  à  une  coalition  large  composée  d’associations  de  ressortissants  africains,  d’ONGs  ou  encore  de  la Confédération Paysanne et d’Attac. En parallèle de cette action en France, les usines de la Socapalm au Cameroun, de la SoGB en Côte d’Ivoire, de la LAC au Liberia et de la SAC en Sierra Leone, toutes filiales de la Socfin sont les cibles de manifestations et de blocages de la part des communautés affectées.

Depuis  2008,  les  expansions  de  ces  plantations  sont  continues.  Les  surfaces  plantées  des  sociétés  africaines  (RDCongo,  Liberia, Cameroun,  Côte  d’Ivoire,  Sierra  Leone,  Nigeria)  de  la  Socfin  sont  passées  de  129  658  à  185  324  ha  entre  2009  et  2015,  soit  une augmentation de plus de 40% qui se fait le plus souvent au détriment des communautés locales. Confrontées aux directions locales de la Socfin  qui  refusent  la  plupart  du  temps  de  reconnaître  leurs  associations  et  ne  traitent qu’avec  les  autorités  publiques,  elles  ont  fondé  une  Alliance  internationale  des communautés riveraines des plantations Socfin Bolloré  avec l’appui de l’ONG  ReAct.

Leurs revendications : que Bolloré assume ses responsabilités et amène la Socfin à accepter le dialogue en vue de rétrocéder les terres considérées comme espace vital aux villageois riverains et de respecter leurs droits à des compensations sur l’accès à la santé, à l’eau ou à l’électricité.

Vincent Bolloré avait ouvert la porte du dialogue puis il l’a brutalement refermée. Il se justifie  par un « statut d’actionnaire minoritaire non gestionnaire » Dans une lettre envoyée le 4 avril dernier à l’Alliance des riverains (cf. dossier), il explique que la Socfin « est une société responsable », que ses dirigeants « ont toute sa confiance », et qu’il « a constaté une intensification du dialogue depuis 2015 (…) et de nombreuses actions concrètes au bénéfice des riverains ». La réponse des riverains : « vous vous rangez derrière votre partenaire et arguez d’une totale confiance en lui sur la seule base des informations qu’il vous a lui-même transmises. Vous ne pouvez pas encaisser les dividendes, les bénéfices de la Socfin et nier votre  propre  responsabilité  dans  la  souffrance  endurée  aujourd’hui  par  des  milliers de personnes impactées par les plantations industrielles de la Socfin ».

« Bolloré  et la Socfin : les bénéfices sans les responsabilités ? » est  le message que pourront lire les actionnaires ce vendredi sur une large banderole déployée devant la tour Bolloré. « Vincent Bolloré incarne un capitalisme prédateur et irresponsable . Il ne respecte pas  les  promesses  qu’il  a  faites,  il  investit  tous  azimuts  puis  réfute  sa  responsabilité  vis-à-vis  des  populations  impactées  par  ses investissements.  Nous craignons que sa prise de contrôle récente de Canal+ et de différents médias en France ne contribue encore à étouffer les voix comme les nôtres qui contestons ses pratiques  » explique Emmanuel Elong leader  du Syndicats des paysans riverains au Cameroun (Synaparcam).

Contacts presse :

Marielle Benchehboune, ReAct, France               0033 6 38 30 74 56
Emmanuel Elong, Alliance des riverains des plantations Socfin Bolloré, Cameroun :    00237 67 45 29 387

ReAct Alliances Transnationales – www.projet-react.org
GRAIN – https://www.grain.org/fr

Facebooktwittermail