Audition de Xavier Renou suite à son action chez Lidl, pour faire respecter la réglementation sur l’étiquetage des produits issus des colonies israéliennes

Xavier Renou, membre fondateur du collectif des Désobéissants et ancien candidat de la France Insoumise aux législatives dans la Val d’Oise, était convoqué au commissariat de Bobigny le 2 mai.

Le militant engagé de longue date dans divers combats pour les droits de l’Homme, avait dénoncé une infraction à la législation sur l’étiquetage des produits issus des colonies israéliennes, dans un magasin de l’enseigne Lidl, en région parisienne. En vertu du règlement n°1169/2011 du 25 octobre 2011 (Journal Officiel du 24 novembre 2016), il avait fait retirer les produits israéliens du rayon des fruits et légumes, comme on le voit sur la vidéo tournée ce jour-là. C’était en janvier dernier.

Il s’agissait d’une vaine et habituelle tentative de criminaliser la démarche non violente et de solidarité des partisans du boycott des produits israéliens. Cette convocation de Xavier Renou eu pour effet de remobiliser les militants solidaires avec la Palestine, puisqu’une action du même type eu lieu quelques jours plus tard dans un Carrefour de la région parisienne.

Questions révoltantes posée à Xavier Renou par les policiers, car le militant cherchait simplement à faire respecter la loi bafouée par Lidl ! 

Les questions des policiers:
« Ne croyez vous pas qu’une telle action (faire retirer des produits israéliens) dans un contexte où il y a des agressions contre des membres de la communauté juive en France, n’est pas de nature à provoquer la haine contre cette communauté ? »

« Pensiez-vous avoir autorité pour venir ainsi dans un magasin faire retirer ces produits ? »

Et accessoirement : « pouvez-vous nous donner les noms de vos deux camarades ? »

La réponse de Xavier Renou, en substance :
« Depuis quand faut-il avoir un mandat particulier pour constater un délit et le dénoncer ? »

« Depuis quand faut-il se justifier de vouloir défendre les droits humains ? »

« Mon action n’a aucun rapport avec la communauté juive, la culture juive, la religion juive ni aucune autre communauté, culture ou religion. Les droits de l’Homme doivent prévaloir partout, comme la loi dont je suis venu dénoncer la non application. »

« Je m’étonne que les responsables de Lidl ne soient pas convoqués, eux, alors qu’ils ont enfreint la loi sur l’étiquetage. »

« Je dénonce la circulaire de Michèle Alliot-Marie qui fait l’amalgame entre la dénonciation d’une politique étatique et l’offense raciste envers un peuple. Le devoir d’un homme ou d’une femme libre est de dénoncer les violations des droits humains de son gouvernement comme de tout autre. »

Il s’agissait donc d’une audition pour tenter de savoir si défendre l’application du règlement européen (transposé en droit francais en 2016) sur l’étiquetage des produits israéliens chez Lidl pouvait constituer une forme de provocation à la haine ou à la discrimination…

Tout ça parce qu’une association qu’on suppose soucieuse des intérêts du gouvernement israélien a porté plainte.
Quel dévoiement des lois nécessaires pour réprimer le racisme… Que de procédures abusives, et de temps et d’argent perdus pour le service public de la police, qui pendant ce temps ne travaille sur les affaires les plus graves…

Le procureur a épargné la garde à vue à Xavier Renou mais à refusé de lui dire qui exactement avait porté plainte… sauf si le militant lui disait  les noms de ses camarades !

On lâche rien!

www.desobeir.net

Facebooktwittermail