Action contre le Roundup au Auchan de Bagnolet

Bagnolet, le 19 janvier 2015 – Après plusieurs actions dans des magasins Castorama et Carrefour de la région parisienne et de Bretagne, les écologistes de Roundup Non Merci décident d’agir contre la vente de Roundup chez Auchan. Les militants, après s’être rendus en caisse les caddies remplis de Roundup et d’autres pesticides contenant du glyphosate, ont demandé à rencontrer le directeur du magasin en bloquant plusieurs caisses. Des études sans équivoque montrent que ce produit provoque des cancers, et des problèmes hormonaux graves. De fortes traces de Roundup sont présentes dans nombre de cours d’eau et nappes phréatiques, ce qui représente une atteinte grave à l’environnement.


Les militants avaient pour but de demander à l’enseigne ce qu’elle compte faire pour stopper la commercialisation de ces pesticides, dont les effets sur la santé humaine et l’environnement ont été prouvés, notamment par l’étude du professeur Séralini. Le responsable du magasin a accepter de déréférencer ces pesticides, en attendant de se renseigner davantage sur la dangerosité des produits. Plusieurs grands groupes ne vendent plus de Roundup pour protéger la santé de leurs clients. C’est notamment le cas de l’enseigne Botanic, mais également de Leclerc qui ne vend plus de pesticides dans 42 magasins en Bretagne. Castorama ne vend plus non plus de Roundup suite à plusieurs actions du collectif Roundup Non Merci dans son magasin de Crimée à Paris… Quant à Carrefour, la direction du groupe est hostile à l’heure actuelle à un retrait du Roundup, et préfère continuer à faire du profit au détriment de ses clients ! Des actions de ce type sont amenées à se multiplier en Ile de France et ailleurs.

« Nous sommes agréablement surpris de la réaction du directeur de Auchan à Bagnolet, qui a accepté de déréférencer les pesticides à base de glyphosate le temps d’en savoir plus sur le danger de ces produits. Nous souhaitons travailler avec l’ensemble des magasins Auchan à un déréférencement progressif mais rapide des pesticides les plus dangereux. Cela va dans le sens d’un commerce éthique et responsable.» déclare Rémi Filliau du collectif Roundup Non Merci.

www.roundup-non-merci.fr
contact: roundup.nonmerci@gmail.com

Facebooktwittermail