Remise du César de l’apartheid à Scarlett Johansson

Remise du César de l'apartheid à l'égérie de Sodastream

Remise du César de l’apartheid à l’égérie de Sodastream

28 février 2014 – Place du châtelet à Paris, lors de la remise des césars, des militants pro-palestiniens dénoncent l’hommage rendu à l’actrice Scarlett Johansson alors que celle-ci est devenue l’image de la compagnie Sodastream dont l’usine principale est située dans une colonie israélienne.

Par appât du gain, Johansson est devenue depuis le début de l’année l’icône publicitaire de la firme israélienne de gaz carbonique Sodastream, implantée dans la colonie de Maa’le Adumim en Cisjordanie occupée.

Aussitôt, de nombreuses voix se sont élevées dans le monde, pour constater que Johansson ne pouvait pas à la fois empocher les dollars de Sodastream et continuer de représenter l’ONG Oxfam, dont les prises de position contre l’occupation de la Palestine avaient jusqu’à présent été tout à fait claires. Un vaste mouvement de protestation s’est alors rapidement développé, notamment au Royaume-Uni, berceau de l’association caritative. Sentant le vent du boulet, l’actrice a pris les devants, et a annoncé son départ de l’ONG.

scarlett_sodastream_checkpoint-2-3fd6f

La starlette se moque des conditions de vie des Palestiniens et quitte l’ONG Oxfam

Des militants de la campagne BDS  (Boycott Désinvestissements, Sanctions) et de l’association Europalestine ont donc décidé de remettre symboliquement le César de l’apartheid à l’actrice, qui se contre-fiche visiblement des massacres d’enfants à Gaza et des conditions de vie inhumaines imposées aux Palestiniens par Israël. François Cluzet quant à lui a refusé de remettre le César à Scarlett Johansson, refusant de se rendre complice de l’occupant israélien.

ce_sar_apartheid-1f826

Remise du César de l’apartheid

Pour Sodastream, la contre-publicité suscitée par cette affaire pourrait bien, et on ne s’en plaindra pas, saper les bénéfices attendus de sa campagne de promotion avec Johansson.

Entreprise de taille moyenne, Sodastream dépense en effet beaucoup pour vendre ses appareils à fabriquer des bulles : le spot publicitaire avec Johansson, qui doit passer dimanche à la télévision américaine à l’occasion de la finale du championnat de football, lui coûterait ainsi 4 millions de dollars (3 millions d’euros) les 30 secondes. Pas sûr qu’il y ait retour sur investissement !

Facebooktwittermail