Charte éthique pour la mobilisation contre le salon de l’armement Eurosatory

Quelle attitude non-violente pendant l’action ?

D’une manière générale, adopter une attitude respectueuse envers les personnes, y compris vis-à-vis des personnes qui s’opposent à nous, et même vis-à-vis des personnes qui utilisent la violence contre nous. Considérer les personnes comme des personnes humaines, même quand nous désapprouvons leurs actes. Distinguer les personnes et les actes (cela n’empêche pas de nommer les responsables et de dénoncer leurs actes, mais c’est différent d’une attaque personnelle). Ne pas considérer les personnes auxquelles nous sommes opposés comme des ennemis, mais comme des adversaires.

Pas d’agression physique de notre part envers les personnes : ne pas porter atteinte à l’intégrité physique des personnes (ne pas frapper, ne pas lancer de projectiles…). Notamment, ne pas répondre à la violence physique par la violence physique.

Pas de violence psychologique:

Pas d’agression verbale: pas d’insulte, de parole ironique qui pourrait être blessante, de propos méprisants, pas de moquerie ou de stigmatisation, pas d’attitude de rejet de l’autre. Ne pas crier sur les gens.

Pas d’agression non-verbale: pas de regard provocateur, pas de geste insultant…

Pas d’attitude menaçante envers les autres, pas d’incitation à la violence

Consignes à donner sur l’attitude non-violente à adopter pendant l’action

Pas d’agression physique

Pas d’agression psychologique

Pas d’agression verbale

Pas d’agression non-verbale

Pas d’attitude menaçante ou d’incitation à la violence

Conseils en cas de confrontation avec les forces de l’ordre

En cas de blocage ou d’encerclement par les forces de l’ordre :

Lever les mains en l’air

S’assoir

Brandir sa carte d’identité (peut être intéressant dans le cas d’interdiction d’une manifestation)

Reculer calmement et lentement en restant face aux forces de l’ordre

En cas d’arrestation sans résistance physique

Arrestation « digne » : marcher la tête haute en étant tenu par les policiers

Résistance passive en faisant le poids mort

Résistance physique non-violente en cas de délogeage

Par exemple pour maintenir un blocage humain : technique de la tortue. À réserver aux groupes expérimentés car l’utilisation de cette technique rend plus difficile une bonne maîtrise collective de l’attitude non-violente.

En cas d’agression par les forces de l’ordre

Charges, coups de matraque : s’asseoir. Exemple dans cette vidéo du mur humain organisé autour de Luis Goñi au Pays Basque Sud. Vers la fin de la vidéo, quand la police charge, les gens s’assoient.

Gaz lacrymogène : possibilité d’avoir dans ses affaires des tissus imbibés préparés à l’avance pour se protéger au moment de l’agression, mais éviter un équipement porté de manière préventive et visible à l’avance.

Flash-balls, grenades assourdissantes / défensive, canons à eau, et autres techniques de répression aux conséquences potentiellement plus graves :

Interpeler les policiers

Filmer

Avoir un comité habilité à prendre une décision pour la poursuite de la résistance non-violente ou le repli

IMPORTANT: Pas d’utilisation d’animaux durant l’action.

 

Facebooktwittermail