La France a-t-elle aidé la Russie à équiper ou « moderniser » les hélicoptères vendus par elle à Bachar El Assad pour mater la révolution ?

Levallois Perret (92), 12 juillet. Un bataillon de l’armée du clownistan a occupé ce matin le siège de la Société Française d’exportation de matériel d’armement (SOFEMA) à Levallois Perret (92) pour demander qu’on lui livre aussi des armes, identiques à celles du dictateur syrien, pour mater ses propres rebelles.

ClownsSofema120713-6297-500

En effet, la SOFEMA, qui agit pour le compte des principaux fabricants d’armes français, présente sur son catalogue de vente en ligne des hélicoptères d’attaque russes Mil MI 8 et MI 24. Ces mêmes hélicoptères, produits à des milliers d’exemplaires par la Russie, servent justement en Syrie actuellement, où le régime sanguinaire de Bachar El Assad les utilise pour tirer sur les foules protestaires et sur les positions rebelles. Comme indiqué sur ce forum consacré aux armes syriennes.

Voici par exemple la description du MI24 sur le catalogue en ligne de la SOFEMA : « Mil MI 24 : Produit à plus de 2 500 exemplaires, l’hélicoptère d’attaque russe Mil MI 24 a fait la preuve de ses capacités au combat et de sa résistance aux conditions extrêmes dans de nombreux conflits au cours des dernières années ».
La SOFEMA achète-t-elle des hélicoptères aux Russes pour les revendre ? A qui ? Le groupe SAFRAN, partenaire de la SOFEMA, qui fait dans le moteur d’hélicoptère (via sa filiale Turbomeca) a-t-il aidé la Russie à améliorer les moteurs de ses hélicoptères MI8 et MI24 ? Et surtout, le programme russo-français de « modernisation » des dits hélicoptères, proposé par SAFRAN, conduit-il à des transferts de savoirs et d’équipements, voire de pièces détachées, de la France vers la Russie ? Dans ce cas, l’industrie d’armement française serait coupable d’aider la Russie à améliorer les hélicoptères de combat revendus ensuite au régime massacreur de Bachar El Assad…

sofema2

L’armée du clownistan souhaitait donc profiter des liens fructueux entre les industries d’armement russe et française pour obtenir des hélicoptères d’attaque pour mater ses propres rebelles. Après quelques discussions mouvementées, et alors que les responsables de l’entreprise décidaient de fermer complètement leurs bureaux, les clowns ont quitté les lieux, promettant de revenir…

Le PDG de la SOFEMA, un certain Guillaume Giscard d’Estaing, n’a pas souhaité rencontrer les représentants de l’armée du clownistan… mais n’a pas hésité à porter plainte contre deux d’entre eux… Pour non-violence caractérisée ?

Contact : Xavier : 06 64 18 34 21. www.desobeir.net

Facebooktwittermail